COMMENT SARKOZY TAPE ENCORE SUR LES PLUS DEMUNIS, LES PLUS FRAGILES

Publié le par chantal.rebelle.over-blog.com

ll s est vante haut et fort , sur le plan des chômeurs non indemnisés avec l appui des syndicats et également disons le , avec ces chers médias or la vérité est tout autre

 

Mais à y regarder de plus près, derrière l’écran de fumée de l’effet d’annonce, nombre de mesures sont floues, soumises à conditions, dépendant de critères encore à déterminer, écrites au conditionnel ou reprises de dispositifs déjà actés  ! Décryptage.

 

Entre temps, la machine à dégonfler les statistiques a bien travaillé. Les négociateurs ont en effet estimé que sur le million de départs, 170.000 chômeurs auraient droit à l’allocation de solidarité spécifique (ASS), 220.000 au Revenu de solidarité active (RSA), et 10.000 iraient en préretraite. Ensuite, ils ont défalqué 15.000 bénéficiaires potentiels du RSA-jeunes dont l’entrée en vigueur a été avancée à juillet, et environ 50.000 prétendants à l’allocation équivalent retraite (AER) et à l’allocation de formation (AFDEF), rétablies pour 2010. On en est donc à 535.000 personnes sans solution.

Et c’est en supposant que 190.000 chômeurs vont retrouver un travail, même de courte durée, dans les six mois, que le problème a été ramené à 345.000 chômeurs. Or, puisqu’on ne peut identifier à l’avance les personnes qui retrouveront un boulot, ce sont en réalité 535.000 personnes qui se partageront les 345.000 «solutions» du plan. Beaucoup resteront sur le bord de la route...

 

 

 

 

 

 

Au risque de marginaliser encore plus les chômeurs les plus en difficulté d’insertion, souligne le syndicat SNU-Pôle Emploi. Et de déclasser radicalement les autres. Quant aux CIE, le gouvernement débloque le financement de 50.000 contrats, mais encore faut-il que les entreprises créent ces emplois.

 

 

 

 

 

Les négociateurs font mine d’avoir créé un «filet de sécurité» sous forme d’une allocation de crise de six mois maximum, d’un montant mensuel de 456 euros, pour les chômeurs sans autre solution. Mais, d’une part, la mesure est corsetée dans une enveloppe de 220 millions d’euros, ce qui correspond à un versement pendant six mois à 80.000 chômeurs seulement. La mesure s’éteindra-t-elle avec l’épuisement du budget ?

 

LA SUPPRESSION DES ALLOCATIONS FAMILIALES

"Désormais, la décision de suspendre les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire injustifié et répétitif d'un élève devra avoir un caractère systématique", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Des propos démagogues de la part de cette personne, alors qu il diminue les personnes de l éducation nationale, que les classes sont surchargés, qu un prof devrait remplacer un prof de math

 

même s il est prof d histoire, pire qu il tisse le lien entre absentéisme des élevés et la délinquance cela est très grave venant d une personne qui représente ce pays

 

il ressort d une statistique datant de 2005 que le taux d'absentéisme est de 5% il est de combien pour les députes et sénateurs??

 

Alors suivons sa démagogie alors si les élèves sont absents c est parcequ ils sont des délinquants, je ne sais pas qui lui ecrit ses discours mais il a manière simplette de parler d un problème qui n a rien a voir ensemble que se soit la délinquance, ou l absentéisme

 

Décidément ce personnage n a rien a proposé comme projet que des discours démagogues et recycle ce qu il a fait déjà lors de sa campagne présidentielle

 

  • A quand la suppression de la prime pour absentéismes pour des députés??

  • A quand la suppression de la prime pour absentéismes pour les sénateurs

  • A quand des descentes dans la quartiers huppés concernant la drogue??

  • C' est vrai que son fils est une vertu de suivre les cours à la fac

 

 

La pauvreté augmente dans ce pays, de plus de plus de personnes dans la galère, et bien sur il tape sur ceux qui touche les allocations, bien évidement, les difficultés augmentent pour les familles mais l 'empereur 1er ne dit rien silence radio!

 

Reprise des expulsions : le gouvernement met de l’huile sur le feu

 

C’est dans ce contexte que les partenaires sociaux du 1% logement ont lancé une nouvelle version de la

Garantie des Risques Locatifs (GRL), véritable serpent de mer de la garantie sur les impayés, depuis que

les loyers ont atteint des niveaux élevés.

Contrairement aux affirmations du Secrétaire d’Etat au logement, la GRL est une mesure qui va

accroître le nombre d’expulsions et les accélérer, car cette disposition est conçue pour garantir aux

bailleurs le paiement de loyers chers :

- Le bailleur est assuré sur les risques d’impayés lorsque le locataire consacre jusqu’à 50% de ses

revenus au paiement du loyer. Le risque d’impayé est donc plus élevé,

- Les compagnies d’assurance prennent en charge la procédure d’expulsion, qui seront donc

exécutées plus rapidement et donneront lieu à des poursuites incessantes par des sociétés de

recouvrement.

La promotion de la GRL est mensongère, car elle laisse croire que les rapports entre les bailleurs et les

locataires sont pacifiés alors que ces derniers n’ont jamais depuis le 19e siècle été soumis à une telle

exploitation et une telle ponction sur leurs salaires.

Se posant en défenseur du droit de propriété absolu et de la rente locative, Mr Apparu soutient

finalement tous les excès et les abus des bailleurs privés, sans prévoir la moindre contrepartie pour les

locataires qui subissent non seulement les loyers les plus chers de notre histoire, mais doivent aussi

affronter la crise sociale et l’érosion de leurs revenus.

La réponse à la crise du logement et à la hausse des expulsions passe notamment par un rééquilibrage

des rapports locatifs :

- le retour à des niveaux de loyers et de prix conformes aux revenus des ménages dans notre pays,

- le renforcement de la stabilité résidentielle, dont les ménages modestes ont besoin,

- la remise à plat des garanties préalables exigées par les bailleurs

 - un moratoire des expulsions et un relogement préalable

 

La réalisation massive de vrais logements sociaux ;

L’application de la loi de réquisition

Le refus de la marchandisation du logement social et l’abrogation de la loi Boutin.

 

Que fait ce personnage pour ces personnes rien de rien, je rappel même que des associations de mal-logés ont été refusé à l Élysée par cette même personne

Aucune réponse, si taper toujours et encore sur les plus défavorisés, les plus démunis, et pendant ce temps, les banques, les exilés fiscales, les stocks options font ce qu ils veulent, pas de suppression de quelque moyen financier


L UMP c est selon que vous serez ect...

Commenter cet article