Les atrocités de la milice sous les ordres du clan sanguinaire kadhafi

Publié le par chantalrebelle

 

Depuis plus de 40 ans le peuple libyen subit des atrocités du clan kadhafi, exécution sur seul motif d avoir critique ce clan sanguinaire, torture, emprisonnement , enlèvement certaines proches sont toujours sans nouvelle d un enfant, de sa femme, son frère, d'un ami(e).

 

Le peuple libyen s est soulevé , des témoignages montrent que ce clan continue a s en prendre au peuple libyen sous les ordres du boucher de Tripoli.

 

Tobrouk qui accueille , s occupe des civils qui s enfuient a cause des bombardements de la milice de kadhafi qui vise les civils

 

le 28 avril Akram , un universitaire de 40 ans , sa femme et ses trois enfants venaient de fuir misrata qui était assiégé et bombardée par le milice de kadhafi depuis des semaines.

 

« Je n' arrive pas à croire que nous sommes toujours en vie » dit il avec des hoquets dans la voix

« Une roquette est tombée dans notre salon, il y a deux semaines, tout a été détruit, pulvérise. Nos meubles, les fenêtres, les murs, tout a été soufflé » en tant normal cette famille aurait du être dans cette pièce a cette heure, heureusement elle regardait la télévision dans une autre pièce.

 

Les stocks de nourritures, de médicaments,, et d'eau potable qui s'épuisait et la difficulté d en acheminer sur place, la milice de kadhafi empêche toute aide humanitaire soit fournit aux civils.

Le commissaire des Nations Unis pour les réfugiés Antonio Guterres a appelé en début de mois à l'accès Misrata, en indiquant »que la situation sur place nécessité de garantir un accès humanitaire nécessaire à la survie »

 

Akram vu l'horreur en face , le couple mit ses trois enfants dans la voiture en espérant pouvoir accéder au port de misrata ,et embarque quand soudain, une voiture a ete frappé par une roquette (tirer par la milice de kadhafi)

 

« Il y avait des lambeau de corps humain partout sur la chaussée. C'était affreux. Je continue a avoir des cauchemars pour les enfants. »

 

Son meilleur ami a été tué dans sa voiture par un sniper caché au sommet d'un immeuble(milice de kadhafi) .Son corps est resté au même endroit pendant trois semaines, il était trop dangereux de le récupérer a cause des snipers sur les toits (de la milice a kadhafi)

 

Akram a rendu hommage a la ville de Tobrouk , une ville des résistants qui abrite au mois d avril 1200 réfugiés, Les civils fournissent l hébergement aux personnes qui arrivent depuis Misrata, ils donnent aussi des vêtements, de la nourritures, des médicaments.

 

Akram a propos des habitants de la ville de Tobrouk «  Je suis impressionné par la solidarité et la générosité dont fait preuve la population de Tobrouk et cela nous donne des forces pour l'avenir. Nous nous sentons en paix ici, après toutes les épreuves qui nous avons subies, nous arrivons maintenant à un peu oublier notre peur »

 

 

Le 13 mai 2011 un tir de roquettes Grad(de la milice a kadhafi) a frappé violemment maisons, rues et magasins en pleine nuit, laissant un sillage de souffrance et de destruction.

 

Safia qui venait de donner le bain a ses trois enfants, Malak 5 ans, Mohammed3 ans, et l e bébé, Rudaina qui venait d'avoir 1 an.

 

Quelques minutes plus tard , une explosion et court dans la chambre a ce moment une deuxième roquette frappait la maison. Safia est tombée sur le sol et a reçu de légères blessures à la tete, aux mains et aux pieds, causées par du verre brisé.

 

Son horrible découverte

 

« Je soulevais les gravats, et j'ai vu Rudaina allongée sur son lit : l'arrière de sa tete avait disparu et des morceaux de chair étaient dispersés autour. C'était un bébé, elle ne marchait pas encore. Qu' a t elle fait pour mériter ça ? »

 

Seule Malak a survécu , mais sa jambe gauche était en si gravement blessée qu'il a fallu l'amputer

 

La milice de kadhafi positionnaient les thanks dans les immeubles et le marché aux legumes, ils prenaient aussi position sur les immeubles les plus haut de la ville, d'ou il tiraient sur les gens dans la rue et dans leurs maisons du secteur environnement

 

Ramadhan, sa femme, et ses jumelles de quatre ans Rihan et Riyanet , Taqu'a un an ont été tuées d un bombardement par les chars de la milice a kadhafi le 25 mars 2011

 

« Nous dormions, il était environ huit heures du matin, quand nous avons entendus éclater des obus tout prés de l'immeuble, je suis sorti en courant et quand je suis arrivée dans la cour, il y a eu une autre explosion et j'ai été touché par des Shrapnels sur tout le corps. On m a emmené à l'hopital et quelques minutes après ma femme et nos trois filles ont été tuées par un autre obus alors qu'elles s 'enfuyaient de l'immeuble. J'ai tout perdu , mes petites filles, toute ma famille »

 

Sa voisine Hanan raconte

 

« Kadhija serrait son bébé , Taqu'a, sur un bras et les jumelles étaient prés d'elle. Nous sommes tous sortis en courant en même temps. Elles étaient juste devant nous. Comme nous parvenions dans l 'entrée de l'immeuble, prés de la porte, un autre obus a explosé juste à l'intérieur et Kadhija et les filles ont été atteintes. Les jambes de Kadhija étaient pratiquement sectionnées et les enfants pratiquement en lambeaux »

 

Des témoignages arrivent chaque jour du calvaire que fait subir la milice du boucher de tripoli sous les ordres de ce clan sanguinaire de Tripoli

 

Un vague d'homicides et de disparitions forcées de personnes ayant critiqué le clan kadhadi a commencé en février 2011 lorsque les manifestants ont démarré a Benghazi, (anmesty).

 

Zacharia neuf ans enlevé avec 500 autres jeunes âgées de neuf à vingt ans a Misrata par la milice de kadhafi dont on est toujours sans nouvelle.

 

La situation dans les montagnes berbères du Nefousssa au Sud Ouest de Tripoli « la situation est tellement compliqué , proche du désastre humanitaire, que les blessés sont transportés à dos d âne par les montagnes vers Nalout, les hôpitaux ne reçoivent plus d approvisionnement « bloqué par la milice de kadhafi, la nourriture, l eau , les médicaments sont en manque cruciales.

 

L'accès au soins médicaux se sont restreints car un nombre de structures ont été détruites parla milice a Kadhafi , des ressources humaines pour fournir des soins postopératoires, comme des chirugiens orthopédiques sont insuffisants

« Le personnel médical libyen qui travaille jour et nuit depuis maintenant des semaines est épuisé »(MSF)

 

Commenter cet article